Les premières fraises sont là !

Malgré le gel de ces derniers matins et la perte  certaine de quelques plantations  et fruitiers, nos premières fraises sont arrivées! Rouges, sucrées, savoureuses, elles sont à retrouver sur nos points de vente habituels, la boutique de la ferme, notre distributeur automatique et nos marchés.
Retrouvez sur notre compte FaceBook nos actus de ces derniers jours : comment nous avons lutté contre le gel et protégé au mieux nos plantations.

A noter dans vos agendas notre journée portes ouvertes aura lieu le Dimanche 21 Mai 2017

 

Publicités
Publié dans Avril 2017 | Tagué , | Laisser un commentaire

Déviation D307

Pendant les travaux d’aménagement du futur rond point sur la D307 / D74 pour venir à Chavenay, notre exploitation reste bien entendu ouverte ! Pas de panique, nos paniers seront toujours disponibles le vendredi à la boutique de la ferme et notre distributeur reste également accessible 7/7j et 24/24h. Et notre Journée Portes Ouvertes aura bien lieu le dimanche 21 mai. A bientôt donc !

Publié dans Avril 2017 | Tagué , , , | Laisser un commentaire

21 mai 2017 : JPO à la Ferme !

A vos agendas !
Le dimanche 21 mai nous organisons notre journée portes ouvertes. L’occasion de visiter notre exploitation (nos serres, nos champs, notre verger, peut-être aussi voir une ruche et lever la tête pour apercevoir le logis confectionné pour notre futur couple de chouettes), de découvrir nos fruits et légumes notamment nos fraises  ou tout simplement  passer une bonne journée à la ferme.
A bientôt!

Publié dans Avril 2017 | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Vergers… en fin de floraison

         Nous voulions vous montrer notre verger en pleine floraison. C’est un peu raté, le drone est arrivé trop tard, plutôt sur la fin de cette floraison (on voit quand même quelques rangs encore en fleur) !
Voici néanmoins une belle photo vue du ciel de l’une de nos parcelles de pommiers et poiriers. Pour les fruits il va falloir attendre le mois de septembre !

Publié dans Avril 2017 | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Chouette, une chouette effraie !

On l’appelle également Dame blanche (à cause de son masque facial blanc en forme de cœur) ou Effraie des clochers (parce qu’elle se niche souvent dans les clochers d’églises ou les greniers de granges).
Son cri est un « khrûh » ou « khraikh » rauque, strident et répétitif (qu’on compare souvent au ronflement d’un dormeur), ponctué de sonorités aiguës. Son deuxième cri, le chant territorial du mâle, dure environ 2 secondes et fait un « chhhhhh ». Elle peut également pousser des sonorités plus discrètes ressemblant à des soupirs… humains, ou encore claquer fort du bec quand elle se sent menacée. Pour ces raisons, elle est à la base de nombreuses légendes et d’histoires de fantômes…
Rapace nocturne, animal considéré comme utile pour l’agriculture, l’Effraie bénéficie aujourd’hui d’une protection totale. En effet, la suppression des prairies et des haies boisées, en générant la disparition de rongeurs (mulots, campagnols, rats, musaraignes) qui constituent la base de son alimentation a nui à cette espèce : il ne resterait que 20 à 50 000 couples en France. La suppression des haies est aussi responsable d’accidents avec des automobiles car les haies obligeaient l’Effraie à voler plus haut aux abords des routes. De même la pose de grillage contre les pigeons sur les clochers et la démolition des vieux bâtiments ont supprimé de nombreux sites de nidification pour la chouette effraie.

C’est donc avec un immense plaisir que nous avons accueilli sur notre exploitation un nichoir à chouettes effraie. Et on espère garder très longtemps un couple de ces oiseaux sédentaires.

Alors, ne soyez pas effrayés, le jour la chouette effraie reste dans son logis dans l’obscurité et ne chasse que la nuit dans un rayon de 20 km.

Publié dans Avril 2017 | Tagué , | Laisser un commentaire

F 2 en attente de locataires

   Voilà un nichoir que des « chouettologues » de l’association Terroir et Nature en Yvelines (Atena 78) sont venus installer dans l’un de nos hangars! Eh oui, la chouette effraie, rapace nocturne, est protégée en tant qu’oiseau utile à l’agriculture du fait de sa destruction active de rongeurs. Mais elle rencontre de grandes difficultés pour trouver un gîte favorable à sa reproduction.
Pour installer ce nichoir, une ouverture (trou d’envol) très haute a d’abord été faite à l’extérieur, située en pleine paroi du hangar au-dessus du vide et éloignée de la toiture afin d’éviter tout accès extérieur à la fouine, principal prédateur. Puis, le nichoir est installé à l’intérieur du bâtiment, plaqué au mur  face à la lucarne, à l’abri des intempéries et dans une zone ventilée.

Ce nichoir est particulièrement spacieux pour que l’élevage des jeunes soit confortable, et leur permettre de commencer à battre des ailes et fortifier leur musculature avant l’envol. Il possède 2 chambres de reproduction (séparées par un couloir central), la femelle chouette effraie étant en capacité de produire 2 pontes par an à quelques semaine d’intervalle (l’une au printemps et l’autre en été), phénomène exceptionnel  chez un oiseau de cette taille : cela arrive tous les 2, 3 ou 4 ans chez le même couple. Sans doute lorsque la femelle concernée est en bonne condition physiologique, que la nourriture a été abondante au cours de l’hiver précédent. Ce nichoir sera occupé par le même couple pendant toute leur vie (la chouette effraie est monogame). Les petits sont couvés environ 1 mois et les jeunes ne commencent à savoir voler que 2 mois plus tard.
Une litière composée de copeaux de bois dépoussiérés est mise en place dans les chambres de reproduction. Des trappes de visite et de nettoyage sont prévues à l’arrière du nichoir (ici 3) pour qu’une fois par an (à l’automne) un contrôle des naissances et le remplacement de la litière soient effectués.
Tout savoir sur la chouette effraie et l’association Terroir et Nature en Yvelines

Publié dans Avril 2017 | Tagué , , | Laisser un commentaire

Abeilles de terre

IMG_0085 IMG_0098
Pas de crainte à avoir ! Il s’agit d’abeilles sauvages et solitaires qui nichent dans le sol. Elles sont totalement inoffensives. Elles creusent des galeries dans le sol pour y déposer leurs œufs et effectuent d’incessants aller-retour pour entreposer de quoi alimenter les futures larves. Elles sont très utiles à la pollinisation ! Et lorsqu’elles ont trouvé un lieu favorable à leur nidification, elles ont tendance à y venir en nombre, creusant leurs nids sur un même site en une concentration parfois impressionnante qu’on appelle « bourgade », comme un village… Nous, on les aime et on les garde, elles se sont mises à l’abri sous une serre de melons (elles ont une durée de vie courte et une activité limitée dans le temps) !

Publié dans Avril 2017 | Tagué , , | Laisser un commentaire